Print Friendly, PDF & Email


  |   Le chemin de l’école

Combien se plaignent du trafic dans le village et chacun a raison, car cette “satanée bagnole” est une véritable plaie ! Exception faite, évidemment, de sa propre voiture…

On se plaît à rêver d’un monde où les deux pieds redeviennent un moyen de locomotion. Sûr, propre et sain. D’un monde où les gens se côtoient en devisant, se saluent en se croisant, s’apprécient en se connaissant mieux.

D’un monde où la voiture n’est finalement là que pour quitter le village. Et encore, pour autant que le transport public adéquat fasse défaut.

Mais la liberté individuelle favorisant aussi l’égoïsme et la paresse, ce rêve le restera. Dommage !

Pourtant, le Conseil communal demande un petit effort à celles et ceux qui utilisent régulièrement leur voiture pour venir à l’école.

Hormis certains lieux périphériques de Givisiez, le chemin de l’école n’est pas si long ni dangereux qu’il faille absolument y conduire les enfants ! La commune a d’ailleurs beaucoup entrepris ces dernières années pour sécuriser les endroits délicats : trottoirs, passerelle ou passage inférieur pour piétons, modération de trafic, éclairage public, etc. Elle organise aussi un transport scolaire spécial pour les élèves du quartier de La Faye.

Il fallut même fermer la cour de l’école, où ce flux de véhicules indésirables et leurs manœuvres parfois hasardeuses amenaient plus de dangers qu’on en avait évités sur le trajet !

Si l’on veut ou l’on doit accompagner son enfant, redécouvrons donc les vertus d’une petite marche, agréable promenade de quelques minutes où la discussion peut porter sur quantité de sujets inabordables lorsque la télé fonctionne ou que les écrans sont allumés… Moments privilégiés, où la main du petit trouve dans la grande la chaleur et l’amour dont il a tant besoin. N’est-ce pas plus doux à tenir qu’un levier de vitesse ?

Et pour les plus grands, le trajet fait aussi partie du “plaisir” de l’école, car ils s’y trouvent rarement seuls. Alors pourquoi les en priver ?