Print Friendly, PDF & Email


  |   Chronique annuelle sur la thématique du VTT

Faune et forêt victimes du VTT – Projet de réseaux officiels

La création de réseaux VTT officiels et de qualité est en cours d’étude afin de canaliser les cyclistes et ainsi assurer un espace de tranquillité suffisant pour la faune. La démarche cherche également à instaurer une charte de comportement à adopter entre les différents utilisateurs de la forêt.

Explosion des « trails » et autres parcours en forêt

Le vélo tout terrain connaît une expansion fulgurante. L’avènement en plus de l’électrification de l’engin n’est pas non plus totalement étrangère à cet engouement. A première vue, nous pourrions que nous en réjouir, l’exercice physique étant généralement très bénéfique à notre santé. Qui plus est, l’impact environnemental de cette activité, nécessitant que peu d’infrastructures et d’un vélo plus ou moins sophistiqué, semble en parfaite adéquation avec l’objectif de réduction de notre empreinte carbone. En ces temps de confinement, il peut librement se pratiquer ou presque. Jusque-là que du positif…

Le VTT, une cohabitation compliquée

Le revers de la médaille n’est pas aussi flatteur. Il se présente sous forme d’un dérangement presque permanent de la faune. Les tracés aménagés traversent souvent la forêt de long en large ne laissant que peu de place à des zones de tranquillité où la faune peut se réfugier. De plus, certains vététistes s’équipent de puissantes lampes frontales permettant la pratique sportive à toute heure. Les promeneurs et coureurs à pied se plaignent du manque d’égard à leur encontre. Les cyclistes ne restant pas exclusivement sur les chemins et pistes, la sécurisation des chantiers lors d’abattages devient compliquée et coûteuse. Sans parler des dégâts occasionnés au système racinaire par la creuse de fouilles nécessaires à la réalisation de sauts ou de virages relevés. Ces blessures aux racines favorisent l’entrée de pathogènes et mettent en péril la vie de l’arbre. Ce phénomène peut s’observer après de nombreuses années et provoquer une lente agonie du végétal.

Le VTT en forêt : une pratique illégale

En forêt et selon notre législation, le cyclisme est interdit hors des chemins carrossables ainsi qu’en dehors des parcours spécialement réservés.
En d’autres termes, les vélos doivent rester sur les routes forestières ou sur des parcours aménagés et officiellement autorisés. Il est utile de rappeler que chaque parcelle de forêt est détenue par un propriétaire et que son accord est nécessaire pour tout aménagement.

Projets de parcours VTT

Une officialisation de la pratique du VTT en forêt est nécessaire afin que la faune et les différents utilisateurs y trouvent leur compte, ceci dans un esprit de fair-play et de respect mutuel.

Un projet de réseau dûment autorisé, en collaboration avec les communes, est en cours d’élaboration dans les districts de la Sarine et du Haut-Lac, mais aussi ailleurs dans le canton. L’objectif est de proposer aux vététistes une offre attractive et de qualité afin de les canaliser. Certains secteurs forestiers retrouveront ainsi le calme nécessaire à l’épanouissement de la faune. Une charte de comportement sera instaurée afin d’assurer un partage harmonieux de l’espace forestier avec les autres utilisateurs, notamment les promeneurs ou encore les exploitants forestiers.

Amateurs de VTT

Merci pour votre collaboration !

Hauterive, février 2021
Frédéric Schneider,
chef du 1er arrondissement forestier,
Service des forêts et de la nature

Voir le document officiel

 

  |   Les derniers “Quoi de neuf?”
 

Tags: , , , ,